En passant

Ce qui est dit est dit

13 octobre 2016

 « Ce qui est dit est dit. »

Alors comme ça, le moindre petit mot aurait sa signification. Même celui balancé par on ne sait quel idée ou on ne sait quelle folie. Ou on ne sait quelle tristesse.

Le fameux « j’ai dit ça sous le coup de la  » fatigue / colère / dépit (ou autre… y’en a plein…)… ne serait donc pas valable. L’excuse à deux balles qu’on tente de servir ou resservir aux dupes ou aux aveugles qui essaient encore – les pauvres ! – de se persuader de la bienveillance et de la droiture humaine ne vaudrait rien. Nada.

« Ce qui est dit est dit. »

Même jeté inconsciemment, le mot a un statut entier et propre. Est-il alors jeté si inconsciemment que ça ? Regardez le fameux lapsus…

Contrairement aux mots écrits sur un cahier, les mots jetés, lâchés au son de nos cordes vocales, reçus par d’autres oreilles que les nôtres, ne peuvent être gommés. Ce qui est dit est dit. Ce qui est entendu est entendu. Pas de « Pomme Z » ni de « Reset » possibles.

« Ce qui est dit est dit. »

Même si non, ce n’est pas tout à fait ce qu’on voulait dire, même si le mot est trop fort, trop faible, top grand, trop petit, trop bleu, trop jaune, trop aigre, trop criant, ce qui est dit est dit. TU as dit CE mot. Ce mot-là. TU as dit CETTE phrase. Cette phrase-là. Il/elle est sorti(e) de TA bouche. Et l’autre a écouté.

Une empreinte sonore, d’un cœur, d’une bouche, à destination d’une oreille, d’un autre cœur.

« Ce qui est dit est dit. »

Le pardon. Le regret. La nuance… Ou je ne sais quoi d’autres ne sont pas ici le sujet.

« Ce qui est dit est dit. »

Ici, à vouloir gommer, on se dégomme.

 

Facebook Comments
Please follow and like us:
Pin Share

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.