En passant Théâtre de Cornouaille

INVITATIONS : CONCERT DE CARMEN SOUZA, QUI VEUT VENIR ? #Quimper

2 novembre 2014

Comme je vous l’ai annoncé à la rentrée, mon partenariat avec le Théâtre de Cornouaille continue pour une seconde année. Joie.

Dans le cadre de cette collaboration, j’ai le plaisir d’inviter 4 d’entres vous à venir avec moi assister au concert de la chanteuse et musicienne Carmen Souza.

Je ne peux pas vous en parler, je ne la connais pas du tout, c’est une découverte pour moi. Mais ce que j’en ai vu et entendu sur le net, laisse penser que cette fille va remplir la salle d’un grand soleil coloré.

[box type=”shadow”]

CARMEN SOUZA >> QUI VEUT VENIR !

Mercredi 5 novembre – 20h00
Théatre de Cornouaille – Quimper

Comment faire :

  1. Soit vous passez par Facebook en laissant  un com’ sur le statut dédié sur mon mur juste ici.
  2. Soit vous passer par Twitter en me citant (@ladyblogue) pour que je puisse vous repérer.

Tirage au sort mardi 4 novembre.

[/box]

Ce que dit le Théâtre de Cornouaille…

Carmen Souza, c’est d’abord une voix,  à la fois fondante et provocante. C’est aussi un tempérament, trempé d’un côté dans la saudade et les rythmes de son Cap-Vert natal, et de l’autre dans le jazz. Entre feeling et swing, de Londres à New York, de Montréal à Paris, cet oiseau rare des îles enchante la scène et nous fait profiter de sa joie de vivre communicative.

En quelques années, Carmen Souza est devenue une référence de la musique du Cap Vert, et l’une des rares artistes à créer un nouveau corpus de chansons cap verdiennes intemporelles. Avec un héritage africain très présent, la chanteuse  entremêle dans sa musique une approche jazz aux sonorités du Cap Vert, caressant les mélodies de sa voix sensuelle et énergisante.
Cette diva latin jazz est capable de se lover avec une feinte fragilité dans des tonalités juvéniles haut perchées comme de traîner dans des graves plus goguenards, tout en enchaînant de haletantes onomatopées, véritable florilège de scats aussi techniques que pétillants.
Sur les réjouissantes reprises du Donna Lee de Charlie Parker, façon slam musette (avec accordéon), ou de My favorite things, standard de Coltrane, elle promène sa voix d’alto au grain caressant. Billie Holiday, Nina Simone ou Cleo Laine ne sont jamais très loin. Ses talents de chanteuse, compositrice et musicienne lui permettent de se distinguer sur la scène musicale féminine capverdienne et conquérir ainsi sa place sur la planète jazz.

« Il y a surtout une voix, assez stupéfiante. Un fil virtuose virevoltant qui alterne entre scat espiègle et chuchotements langoureux, cris et bercements. Des grands écarts entre Cesaria Evora et Ella Fitzgerald en quelque sorte. » (Quobuz)

 

[divider]RETROUVEZ-MOI SUR

Facebook Comments
Please follow and like us:

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.