En passant Théâtre de Cornouaille

“JE CLIQUE DONC JE SUIS”… MITIGEE

4 novembre 2014

Dans la cadre de mon partenariat avec le Théâtre de Cornouaille, je suis allée voir “Je clique donc je suis”. Je ne pouvais inviter personne, la jauge était pleine, et même moi, j’ai du “batailler” pour avoir une ‘tite place.

ladybogue-je-clique-donc-je-suis (4)“Je clique donc je suis” c’est un spectacle de Thierry Collet, magicien mentaliste que j’avais vu l’année dernière au théâtre avec ses deux acolytes sur “Qui vive”.

J’avais adoré “Qui-vive”. Je vous l’avais raconté ici. J’avais été blu-ffée. Donc, c’est vrai que j’attendais beaucoup de “Je clique donc je suis”.

Dessin de Joe Magee

Illsutration de Joe Magee

Le principe du spectacle est de nous montrer, de nous démontrer par A + B que nous pouvons – tous – être manipulés par notre environnement.
Dans ce spectacle, Thierry Collet s’appuient sur les nouvelles technologies (téléphone portables, web, réseaux sociaux…) mais on imagine très vite que ces manipulations mentales peuvent être de tout ordre (politique, humaines, sociales…).
Sommes-nous libres de nos choix, de nos pensées ?
Sommes-nous soumis à un dispositif bien établi ?
Questions.

Avant d’entrer dans la salle de spectacle, nous sommes invités à envoyer un SMS à un numéro indiqué nous expliquant que nous serons mis à contribution tout au long du spectacle. On entre dans la salle, salle transformée en café Google. Thierry Collet nous explique qu’il revient de Google Campus de San Francisco et pendant une heure il va nous montrer que nos données les plus personnelles ne le sont plus, nous montrer comment les géants de la consommation nous prennent en filature, comment l’intelligence artificielle peut prendre le pouvoir demain.

ladybogue-je-clique-donc-je-suis (3) (Large)Par respect pour Thierry Collet, le mystère et la surprise, je ne vais ni vous dire ni vous expliquer quoi que ce soit du spectacle. Mais oui, il y a des choses étonnantes, interactives et originales. Plein. Vraiment étonnantes. Mais je vous avoue que mon enthousiasme est limité et ce pour deux raisons.

La principale, qui je pense entraîne la suivante, est que j’ai assisté à la toute première de “Je clique donc je suis”. On a donc “essuyé” un peu les plâtres. Tout n’était pas rôdé, il y a eu quelques couacs, des trucs qui n’ont pas “marché”… Normalement, dans le pitch du spectacle, les spectateurs sont invités à venir  munis d’objets connectés : leur téléphone, un poste radio, leur ordinateur portable ou leur tablette. Je pense que normalement Thierry Collet utilise le Wifi pour faire certaines démos avec nos outils à NOUS. A part avoir “jouer” avec la sonnerie de nos portables, cela n’a pas été le cas.

L’autre raison, c’est que certaines choses (qui ont elles fonctionnées) m’ont semblées faciles à résoudre. Ce qui n’était ABSOLUMENT PAS LE CAS dans toutes les démonstrations de “Qui-vive”. Alors bien sûr, quand je dis “faciles à résoudre”, je me plante peut-être, mes suppositions sont peut-être à côté de la plaque… mais la finalité est là : je suis sortie un chouille déçue.

Des amis sont allés voir  “Je clique donc je suis” quelques jours après moi ; apparemment ça s’est très bien  passé et ils ont vraiment aimé.

Je suis tombée sur le mauvais jour, c’est juste ça. Car je connais le talent de Thierry Collet, je connais sa capacité à jouer avec notre mental. Je sais de quoi il est capable.

J’attends son prochain spectacle.

[divider]RETROUVEZ-MOI SUR

Facebook Comments
Please follow and like us:

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.