En passant Théâtre de Cornouaille

LE TRIOMPHE DE L’AMOUR VU PAR GALIN STOEV

7 décembre 2013

Autant vous l’avouez tout de suite, je n’étais pas en forme pour ce spectacle. Les journées précédentes avaient été chargées, intenses, douloureuses aussi. J’avais du mal à être là. A marcher droit. A penser à cette soirée, à ce qui allait se passer devant mes yeux.

Comme à chaque événement avec Théâtre de Cornouaille, j’ai donné rendez-vous à mes accompagnantes. Encore que des filles ce coup-çi. L’amour attire-t-il plus les cœurs féminins ? A croire que oui…

Installation dans la salle, découverte de la scène. Ça promet. Une gigantesque bibliothèque de livres domine tout l’espace. J’aimerais être plus près pour faire des photos. Je pense aussi tout de suite à mon pote Bill que j’imagine très bien faire des photos de nus dans cette ambiance-là. Allez savoir…

La pièce commence.

Et là, j’ai peur.

Nicolas Maury et Yann Lheureux (quel beau nom !) débutent la pièce.

A ce moment-là, je me dis que les deux heures vont être longues. Très longues. En plus de ma fatigue, l’ancien français ne m’aide pas à “entrer” dans le sujet. Les minutes défilent, j’ai du mal. Mon corps a du mal à me porter. Et puis, les personnages s’accumulent, je n’arrive pas à retenir qui est qui, qui fait quoi, qui a fait quoi. J’ai lu Marivaux quand j’étais au collège. Une éternité.

Et puis, le théâtre fait parfois des miracles. Il y a des acteurs trop doués pour tomber dans la somnolence. Nicolas Maury est sublimement parfait et Airy Routier est un délice.

La mise en scène de Galin Stoev emporte le texte de Marivaux dans un ciel résolument moderne, drôle et cocasse. On se délecte de chaque dialogue, de chaque mimique des acteurs. Mon corps, mes yeux, mes oreilles sont à l’affût du moindre geste, du moindre mot.

Pourtant le pari n’était pas gagné.

J’imagine la tête des producteurs quand Stoev leur a sorti ses idées pour la première fois : je ne vais faire jouer que des hommes, Léonide sera comique, le valet d’Hermocrate passera l’aspirateur… Un sacré culot.

Et ça marche incroyablement.

Revoir les classiques sous cette forme-là, moi, je dis un grand Oui.

Retour sur mon partenariat avec le Théâtre de Cornouaille
triomphe-amour-ladyblogue-marivaux (4)
triomphe-amour-ladyblogue-marivaux (2)

Facebook Comments
Please follow and like us:

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.