Cité En passant

SILENCE, ON VIOLE

20 novembre 2013

SILENCE, ON VIOLE DES FEMMES, DES FILLES, DES ÉPOUSES, DES MÈRES, DES GRAND-MÈRES, DES ARRIÈRE GRAND-MÈRES, DES COUSINES, DES SŒURS, DES TANTES, DES NIÈCES, DES ENFANTS, DES ADOS, DES VIEILLES, DES JEUNES, DES AMIES, DES CONNAISSANCES, DES VOISINES, DES COLLÈGUES, DES EMPLOYÉES, DES INCONNUES, DES NANAS, DES PUTES, DES SALOPES, DES MEUFS, DES POUFS, DES COINCÉES, DES RICHES, DES PAUVRES, DES BLONDES, DES BRUNES, DES ROUSSES, DES MOCHES, DES BELLES, DES GROSSES, DES MINCES, DES PETITES, DES GRANDES, DES BLANCHES, DES NOIRES, DES BEURRES, DES CHRÉTIENNES, DES MUSULMANES, DES JUIVES, DES HOMOSEXUELLES, DES HÉTÉROSEXUELLES, DES BISEXUELLES, DES OUVRIÈRES, DES SECRÉTAIRES, DES STAGIAIRES, DES TRAVAILLEUSES, DES BÊCHEUSES, DES CHÔMEUSES, DES BRANLEUSES, DES ALCOOLIQUES, DES CITADINES,DES CRÂNEUSES, DES DISCRÈTES, DES FEMMES”

“Silence on viole” est une campagne artistique contre le viol. L’événement se déroule jusqu’au 25 décembre à l’espace associatif LCause à Brest, lieu de défense et de promotion des droits des femmes ainsi que dans les rues de Brest avec la campagne d’affichage public.

Je vous invite à aller faire un tour là-bas et/ou, pour ceux qui sont loin, vous rendre sur le site du projet.
Vous pourrez y découvrir des textes remarquables de Jessica Roumeur mais aussi des œuvres d’artistes comme Marion Plumet et Marion Viot, Rodolphe Keller, Catherine Le Carrer, Marc Gérenton, Doriane Rio, Josée Theillier, Delphine Constant et Tita Guery.

“Ce serait une folie de penser que les artistes peuvent transformer le monde. Mais à bien y réfléchir, il serait plus fou encore de ne pas oser l’espérer. Depuis toujours, les artistes livrent des points de vue et rendent perceptibles un sujet, une idée. Messagers et messagères du réel – de notre réel – ils et elles partagent et surtout, questionnent. Les artistes éclairent là où les regards ne se posent pas d’emblée, là où ils n’osent pas se poser. 

Pour Silence on viole, nous avons souhaité réunir des artistes de parcours, d’expériences, de préoccupations, d’obsessions, d’âges et de milieux différents, autour d’un même sujet : le viol. Nous avons aujourd’hui réuni 19 hommes et femmes dans un souffle commun, dans une lutte qui fédère et donne envie d’en découdre. Que le viol soit pour eux et elles une expérience intime ou un récit lointain, une cicatrice encore sensible ou bien une simple question qu’on leur pose, l’important ici, est que la diversité des regards et des expériences permette de se confronter à cette thématique de la manière la plus riche et libre qui soit.”

Marc-Gerenton-brest-ladyblogue

Marc Gérenton

putain-salopes-allumeuses-brest-ladyblogue

Jessica Roumeur (> visionner la vidéo en fin de note)

Marion Viot

Marion Viot

sale-salope-brest-ladyblogue

Jessica Roumeur

variations-compassion-brest-ladyblogue

Jessica Roumeur

bites-Rodolphe Keller-brest-ladyblogue

Rodolphe Keller

le-gant-sale-nb-Catherine Le Carrer-brest-ladyblogue

“Le gant sale” – Catherine Le Carrer

198 000 agressions sexuelles sont recensées chaque année en France, parmi lesquelles on compte plus de 75 000 victimes de viol, soit plus de 200 viols chaque jour. Proportionnellement, à Brest, on compterait alors 170 femmes violées chaque année. Soit, 14 chaque mois, entre 3 et 4 chaque semaine, ou bien encore une tous les deux jours. Mais ce n’est qu’une approximation, car la majeure partie des victimes conserve le silence.

BD-viol-brest-ladyblogue

Planche extraite de la BD “On aurait pu jouer aux légos” de Coca



LCause / 4, rue Ernest Renan / 29200 Brest
Du lundi au vendredi de 17h30 à 19h et le samedi de 14h à 16h.
Nouvel représentation du Concerto pour salopes en viol mineur le 25 novembre à LCause à l’occasion de la journée internationale contre les violences faites aux femmes.

Facebook Comments
Please follow and like us:

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.