Billets d'humeur (pour Ouest-France) En passant

DECLARATION A QUIMPER // L’humeur de Ladyblogue #1 pour Ouest-France

31 octobre 2012

Ma déclaration d’amour à Quimper…

 

« 1700 signes. J’ai 1700 signes pour vous écrire un texte sur Quimper. Proposition plus qu’alléchante mais mission qui me paraît impossible. 1700 signes, dit comme ça, ça parait beaucoup mais c’est peu. C’est rien. Il faut trouver les bons mots, les mots justes. Quimper ne se raconte pas entre deux portes ou entre deux lignes. Les coups de vent sont ailleurs. Cette ville exige de la langueur.

A Quimper, iI faut savoir ralentir le rythme et lever la tête vers le ciel pour comprendre ce roi qui veille sur ces enfants. Il faut avoir arpenté ces pavés, comme jetés en l’air, pour rappeler à nos talons que jadis les sabots dictaient ici la loi. Il faut pousser la curiosité jusqu’à cette rue montante pour admirer un Grall aux derniers exemplaires aujourd’hui tristement introuvables.

Ralentir le rythme. Souffler. Inspirer. Laisser le vent passionné entrer dans nos poumons mécaniques.

Cesser de vouloir tout faire, tout vite. En mode fusée. En mode Baumgartner. Il nous faut prendre le temps avant qu’il nous avale. Il nous faut flotter, devenir Armstrong, Collins, Aldrin ! Poser le pied sur cette terre comme si c’était la lune. Suivre les reflets de l’eau, écouter le silence glazik, goûter aux odeurs dentelés et respirer les grains de sel, caresser les voix pudiques aux accents de granit. Quimper est notre Lune. Quimper en 1700 signes reviendrait à résumer un vertige. Je préfère me taire. Ne rien vous dire, de peur d’oublier ou de tordre le cou à une vérité pourtant si évidente. Et puis au fond, je sais que vous savez tout ça. Le breton est comme sa terre, secret et imprégné d’échos. Gardons tout cela pour nous, comme des égoïstes transis d’amour pour un Pays indicible. »

 

 

 

Facebook Comments
Please follow and like us:
Pin Share

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.