En passant

Ce que c’est que l’amour

18 septembre 2009

Amour_regie_jauffret

(Attention !!!! Extraits à lire !!!)

Après avoir lu quelques livres moyen-bof, voilà que je viens (enfin !) de fermer un très bon bouquin. "Ce que c'est que l'amour" de Régis Jauffret. Parmi tous les livres achetés l'autre jour, je pensais que celui-là allait être le moins passionnant. Le titre certainement. Et bien pas du tout. Je me suis délectée de chaque ligne, de sa page.

L'histoire
De sa plume affûtée comme un scalpel, Jauffret dissèque la vie
conjugale et familiale pour en extraire le foisonnement des sentiments,
tantôt émouvants, tantôt burlesques ou cruels. À chaque page, il
décortique l'amour et le désir pour en révéler les espoirs comme les
fêlures.

Mon avis
Ne cherchez pas ici de belles histoires d'amour, on n'est pas dans les trucs cul-culs gnan-gnans qui empestent l'eau de rose. Pas de "et ils se marièrent et eurent une tripotée de gamins beaux et souriants". Nan, pas du tout.
Régis Jauffret nous propose ici 38 histoires où l'on croise toutes les sortes d'amour  : violent, égoïste, paranoïaque, possessif, maniaque, désabusé.
Les histoires sont  très courtes (une ou deux pages) et c'est justement incroyable de voir à quel point Régis Jauffret arrive à planter le décor, à entrer si profondément dans les personnages, à nous faire vibrer en aussi peu de mots. L'amour est décortiqué et l'on (re)découvre ses fantasmes, ses bassesses, ses frustrations, son désespoir.
Vraiment beaucoup aimé. Beaucoup d'humour, souvent noir, souvent triste, très bien écrit.

Ma note
16/20. LISEZ-LE !!!

Extraits A LIRE (je pourrais vous écrire tout le livre…)

"Au matin, j'ai toujours envie de te quitter. Tu persistes dans ma bouche comme un goût de merde. Je crois malgré tout que je t'aime, mais  je préférerais vivre loin de toi pour t'imaginer. Je voudrais que tu me manques, souffrir de ne plus te voir, de ne plus entendre ton manège de phrases, de ne plus toucher ta chair un peu flasque, émouvante, tendre, moelleuse comme les petites vagues qui terminent leur course sur le bord d'une plage. J'en ai assez que tu sois toujours là, ta présence t'obscurcit, t'efface. Je ne veux plus de la fusion de nos corps, de nos étranges sensations d'exister, dans le lit, la maison, où on dirait  qu'un hachoir nous déchire comme de la viande."

"Mon mari ne me tue pas. Mais il gagne si mal sa vie qu'il ne vaut guère mieux qu'un meurtrier. Il m'assassine à petit feu de son salaire miteux. J'ai même une incisive en fer-blanc sur la mâchoire supérieure, les gens de son espèce sont incapables de payer une prothèse décente à leur femme. (…) Bien sûr, il m'a inondée d'un sperme qui ne lui coûtait rien, et je suis pourvue de cinq enfants adorables que je laisserais volontiers sur le bord de la route en échange  d'une dent en céramique et d'un rendez-vous chez le coiffeur."

"A mon âge, quand elles sont usées, on rachète toujours les mêmes chaussures. On n'aime pas changer de boulanger, de boucher, de marchand de vins. On  ne change pas de voiture, un tas de ferraille est toujours réparable, mais pas un tas d'organes qui constitue son vieux corps. On ne déménage plus, on ne peut pas se permettre d'abandonner ses racines derrière soi, on sait qu'elles ne repousseraient pas. On ne perd plus ses cheveux, ceux qui vous restent tiennent bon sur le crâne, comme ces orties qui poussent sur le ruines. A mon âge, on ne change plus rien, on sait qu'on est incapable désormais de s'améliorer, et qu'on ne se modifiera que pour faire un cadavre."

"Les hommes valent leur pesant de pénis, pas davantage. N'espérez pas en tirer autre chose que des orgasmes. Laissez tomber ceux qui au cours de leur croissance ont gardé en guise de souvenir la ridicule verge de leur enfance. Les petits formats agacent le clitoris, mais sont bien incapables de remplir le vagin d'une honnête femme. Choisissez votre mari avec soin, n'hésitez pas à interrompre les ébats pour prendre des mesures avec votre centimètre de couturière. Evaluez la fermeté de l'érection en gardant une main libre pour pouvoir la comparer avec celle du bois du lit. Testez également sa résistance aux températures extrêmes en vous assurant qu'elle tient malgré la brûlure d'une cigarette et la saupoudrage de neige carbonique au niveau des bourses."

"A cinquante-deux ans mon corps doit lui sembler très en dessous de la limite inférieure du désirable. Il me demande pourtant chaque soir une fellation. J'imagine qu'une bouche vieillit moins vite qu'une vulve."

"La mère de mes enfants; celles dont je me contente pour mes besoins sexuels. Quand il n'y a qu'une seule cuvette dans un appartement, on est bien obligé d'y aller pisser. Ton vagin comme une chiotte. Tes grandes lèvres comme un abattant, tes poils noirs en guise de couvercle, et ton clitoris comme un bouton de loquet."

Facebook Comments
Please follow and like us:

You Might Also Like

15 Comments

  • Reply sasa 18 septembre 2009 at 8 h 56 min

    Ouah, avant 9 h du matin, rappelle moi de ne pas lire ce genre de post …
    (rendez moi mes bisounours)
    (mais effectivement ça a l’air très bien)

  • Reply Phileas 18 septembre 2009 at 10 h 36 min

    la vache c’est violent ! 🙂
    mais je peux comprendre mais si je préfère éviter ce genre de lectures…

  • Reply Vade Retro 18 septembre 2009 at 19 h 13 min

    J’A-DORRRRRRRRRRRRRRRRRREEEEEEEEEEE !!!!!!!!!!!!!!!
    c’est trop bon !
    s’il arrive à dégager ça en 2/3 pages l’auteur, c’est un bon.
    Me suis marré en lisant les trois derniers extraits.
    sans déconner, de la réaliter plein la gueule.
    J’aime ça.

  • Reply Vade Retro 18 septembre 2009 at 19 h 14 min

    “réalité”
    autant pour moi

  • Reply freehug 18 septembre 2009 at 19 h 21 min

    c’est cru, ça arrache! je ne connaissais pas cet auteur, ça me rappelle un peu le style de Claire Castillon “On n’empeche pas un petit coeur d’aimer”, recueil de nouvelles crues et cruelles (mais moins hard, moins imagées, d’après mes souvenirs).

  • Reply Ladyblogue 18 septembre 2009 at 20 h 47 min

    Comme dirait l’autre, “y’a pas d’heure pour en manger” du Régis Jauffret !

  • Reply Ladyblogue 18 septembre 2009 at 20 h 47 min

    Peut-être un jour…

  • Reply Ladyblogue 18 septembre 2009 at 20 h 47 min

    Heureuse que tu aimes.
    Vraiment.

  • Reply Ladyblogue 18 septembre 2009 at 20 h 48 min

    Je vais regarder Claire Castillon…

  • Reply greg 19 septembre 2009 at 10 h 58 min

    Tu me donnes envie là, tu sais à quel point j’aime lire donc…

  • Reply Littledaewoo 19 septembre 2009 at 16 h 18 min

    Bon ok t’as gagné…

  • Reply Ladyblogue 19 septembre 2009 at 17 h 25 min

    Si tu le lis, donne-moi ton avis !

  • Reply Ladyblogue 19 septembre 2009 at 17 h 25 min

    Pareil que pour greg, donne moi ton avis si tu le lis !!!!!

  • Reply chris 21 septembre 2009 at 14 h 44 min

    Tu me le pretes Lady ?

  • Reply Ladyblogue 23 septembre 2009 at 13 h 55 min

    Ben j’veux bien pas de souci, mais vu le prix du livre (2 euros !!), tu ferais mieux de te le prendre !

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.