En passant Entre soi

Mots et bouche cousue

21 mai 2009

Page_noire

Il est tard. Voilà que je n'arrive pas à fermer l'oeil. Ni l'autre. Je me relève. Envie viscérale d'écrire. Besoin du clavier comme d'une clope. Toucher les lettres, à la lumière blanche de l'écran, sans savoir vraiment où je vais. L'écriture automatique a ça de magique. On la contrôle, mais c'est elle qui vous emporte. Elle prend le pas. Elle vous envahit la gueule. Merci. J'aime écrire. De plus en plus je crois. Nan, j'crois pas, je suis sûre. Les mots sont plus dociles. L'écrit est comme nous. Evolutif. Modulable. Il s'évapore pareil. De l'eau sur le feu. Jusqu'à plus soif, jusqu'à pénurie de liquide. Je me relève pour écrire. Des mots. Mots et bouche cousue.
Facebook Comments
Please follow and like us:

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply pam 21 mai 2009 at 17 h 14 min

    Penser les mots… pour panser les maux. Les écrire ne te guérit pas. Ils sont un remède efficace jusqu’à la prochaine prise. Ne respecte aucune posologie pourvue qu’elle te fasse avancer… Des mots-soupape-de-sécurité jetés comme un cri, va-y. Prends ton temps, il viendra une nuit où tu auras envie de partager ton insomnie avec une amie… Je ne bouge pas d’ici.

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.