En passant Entre soi

(sans titre)

20 mars 2008

Veuve

L’autre jour, quand j’étais clouée à la maison par cette satanée
grippe, j’ai écouté, comme souvent, les émissions de la jolie Faustine Bollaerd
sur Europe 1. Les thèmes varient chaque jour. On passe du futile à l’utile, de
la légèreté aux sujets plus graves. Et là, c’était sur les jeunes veuves et veufs.

On imagine tous à quel point cela doit être horrible de perdre
son conjoint, encore plus (quoi que…) dans la fleur de l’âge. On sait. Du
moins, on croit savoir.

Les témoignages dans cette émission m’ont fait comprendre que
non, on ne sait rien. On pense imaginer ; mais on imagine rien. Que dalle.

Autant je pense de temps en temps à ma disparition (laissant
Amoureux et les filles seuls…), autant je ne pense jamais au grand jamais
jamais jamais jamais à la disparition d’Amoureux.

Les témoignages étaient poignants. Partir sans prévenir… Accidents de voiture, ruptures
d’anévrisme, cancers… Jeunes couples tout juste mariés, femmes tout juste
enceintes ou regrettant de ne pas l’être… « juste » pour avoir une
trace de l’autre, mort, quelque chose qui reste.

Frissons dans le dos.

Je suis pourtant une femme qui savoure, ou du moins qui essaie
de savourer, chaque instant. Qui tente de ne manquer aucuns petits riens de la
vie ; ces petits riens si beaux et qui changent tout. Une femme qui tient
à crier son bonheur dans un monde où les gens ouvrent leur gueule uniquement
quand ça va pas. Jamais quand c’est bien, quand c’est bon.

Je suis une femme qui dit souvent à l’autre son affection, son
amour, son plaisir, son bonheur d’être là.

Je suis une femme qui pense que c’est important de dire.

Et après cette émission, je suis une femme qui pense que c’est non
seulement important de dire, mais encore plus de crier, d’hurler à chaque
instant.  Hurler en regardant, en touchant, en sentant.

Les cris du corps.

Amoureux.
Mon Amoureux.
Mon Amoureux.

Je te.

Baisers

Facebook Comments
Please follow and like us:
Pin Share

You Might Also Like

5 Comments

  • Reply Ephemeria 20 mars 2008 at 13 h 46 min

    Il m’arrive de penser à ce que je deviendrais si Monsieur Mon Mari disparaissait…
    Comme toi, j’ai besoin d’exprimer mon amour et de lui dire à quel point il compte…

  • Reply MisterP. 20 mars 2008 at 15 h 28 min

    Je suis là Lady, je suis là…Mille pensées…

  • Reply luna pat 20 mars 2008 at 15 h 40 min

    Ma soeur a perdu son mari à 44 ans, en à peine 3 jours (hépatite foudroyante) la laissant avec 2 ado…
    quand c’est arrivé j’étais en pleine passion amoureuse avec celui que je savais être l’homme de ma vie. Je crois que cet événement a marqué à jamais ma vision du couple. Chaque jour l’un de nous peut disparaître, ne pas rentrer le soir. Je ne l’oublie jamais.

  • Reply Loreal 21 mars 2008 at 14 h 43 min

    Le frère de Chéri s’est tué il y a 7 ans dans un accident de moto sur le chemin du boulot.
    Ma belle soeur était enceinte de 8 mois de leur premier enfant.
    Il n’avait pas 30 ans. Aujourd’hui encore, elle n’arrive pas à refaire sa vie…
    Alors forcément, comme luna pat, cette terrible perspective a fortement influencé notre façon de vivre notre couple.

  • Reply Plume 21 mars 2008 at 15 h 26 min

    Tout çà me donne froid dans le dos, je ne suis vraiment pas de nature à penser à ce genre de chose ou même à les imaginer… et pourtant

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.