En passant

AAS n°3 – Parano ? : L’histoire

25 mars 2007




Aujourd’hui, nous allons enfin découvrir l’histoire complète « Parano ? ». J’ai débuté l’histoire, vous avez écrit et écrit encore et, ce matin, j’y ai apporté une fin.
Cette fois-çi, je ne vous cache pas que j’ai eu du mal à trouver une fin. Vous avez été complètement dinguos dans vos contributions (la palme de la dinguerie revenant à Denis_m qui avait certainement du avoir un peu de mal à retrouver Paris…).
Merci à toutes celles et tous ceux qui ont joué le jeu !!!
Voilà THE résultat



J’en peux plus. Qu’est-ce qu’il fait chaud ici… Aucun respect ! J’avais RDV à 15h30 et il est 16h25. Pff… il me sert ce costard ! J’comprends pas pourquoi on peut pas aller en jeans à un entretien d’embauche… Pfff… Mais qu’est-ce que je fous là ? Et ceux-là, ils sont là pourquoi ? 1… 2… 3… 4 ! Quatre gars dans la salle d’attente avec moi. Ils postulent pour le même poste ? Qu’est-ce qu’il a lui à regarder mes pompes ! Si ça s’trouve, c’est un gars de la boîte qui est là pour scruter nos comportements ! Si ça continue…


…je vais me mettre à transpirer comme un boeuf. Surtout qu’avec la chaleur qu’il fait ici. Je suis certain qu’ils montent le thermostat pour nous mettre un peu plus la pression et voir comment on va réagir. ça promet ! Et pourquoi doit-on remplir ce questionnaire étrange ? Des questions bizarres toutes les deux lignes… Avez-vous un vélo ? Avez-vous vu la dernière exposition du musée du sexe à Pigalle ? Et si c’était une secte, cette boite ? Est-ce que…


… je vais quand même accepter ce poste d'”assistant personnel” ? Nan, parce ce que tout dépend du gourou… Et puis, une secte de quoi ? Serait-ce la secte de personnes qui portent des cravates ?
Mais pourquoi ai-je mis une cravate aujourd’hui ? J’ai l’air complètement stupide avec ce morceau de tissu autour du cou qui pendouille dans le vide… Moi, j’ai horreur des cravates en plus. Mais maintenant que j’en ai mis une pour le premier entretien, c’est foutu pour moi. Je serai obligé tous les jours de porter cette satanée cravate si j’ai le poste. Aaargh ! Moi qui adore porter le jogging, comment…


…toute cette mascarade ne cacherait pas les veines vicieuses d’une caméra, là, au coin du mur toilé ?… Il me vient toujours à penser que dans ces sordides salles d’attente, un oeil m’épie, qu’une bande de bouffons gloussent sans rires à chacun de mes rictus transpirants ! Mais je ne suis…


… pas le seul à être mal à l’aise, les autres le sont aussi, il y en a un pire que moi d’ailleurs, il a du flipper total en s’habillant ce matin car il a enfile un costume rose bonbon et une cravate verte. J’espère pour lui que le recruteur est daltonien, sinon il finit aveugle à la fin de l’entretien… Mais voilà qu’on m’appelle…


… on me fait entrer dans un bureau minuscule, ça sent le cumin comme un autobus bondé en plein mois d’août, j’espère que c’est pas avec lui que je vais devoir… Punaise faut pas que je pense à ça, reste concentré mon gars, c’est censé être la place de ta vie ! Surtout que Germaine m’a dit qu’il fallait absolument que je décroche ce job sinon…


… elle me laisse sur le carreau avec tous mes crédits. Et elle prend les mômes aussi. Mes mômes !!! Qu’est ce que je vais faire moi les dimanches si j’ai plus personne à emmener faire du toboggan et des tours de manèges ? Il me faut ce job, à tout prix, à n’importe quel prix, ou alors…


…je monte ma boite. Je crée une société, oui mais pour quoi faire? Je sais bien faire un peu de musique, j’ai une expérience en PR et en marketing, j’aime le on-line, mais je n’ai pas un sou de côté, et si j’ouvrais un blog sur l’utilisation de la musique en communication, à moins que…


… aaarghh, le salaire qu’il vient de mettre direct sur la table, là, heu, c’est énorme, le petit papier, on s’est même pas présentés. C’est sûr, il sait tout de moi, il m’achète, il sait que je ne pourrais rien refuser maintenant que j’ai vu le chiffre, que je suis fait comme un rat, avec ma cravate, mes mômes. J’ai chaud. Bon, allez, j’lui dis que …


…je ne suis pas le genre d’homme qu’on achète. Je ne suis pas de ceux qui se couchent quand on annonce le prix ah ça non… Mais Germaine… Et les mômes.
Oh puis depuis le temps qu’elle me menace, elle ne le fera pas. Enfin je crois pas.
– Monsieur Delfeuille est-ce que vous…


… vous, vous prenez les célibataires à l’essai ? (Ouf) je vais peut-être passer là …
J’aurai pas du me déguiser en femme pour aller à l’entretien, j’ai un bas qui file, le rimmel qui coule… Tiens pour un peu je vais me mettre à pleurer, et l’autre là-bas qui me reluque depuis tout à l’heure, il va avoir mon poing dans la gueule si ça continue.
J’en peux plus, c’est serré un escarpin, il fait chaud, il fait moite, 70 ° à l’intérieur, mon moi est bouillant comme thé au Sahara. Je sais bien jouer du youkoulélé, mais je sais qu’il appréciera pas. Il fait tellement chaud, tout ça pour un boulot de merde…
Mais bon, je ne suis pas le genre de femme qu’on achète, le bus, le cumin, tout ça, Germaine, les mômes, les caméras, la nouvelle star, pff…. Et puis de toutes façon c’est sous payé, hein, tu le crois pas ça ! Boulot de merde ! Cadre marketing chez Castorama, 5 ans d’études, 3 passées chez Chanel, 2 chez Dior, pour aboutir ici, dans une banlieue sordide, fin d’autoroute vieillissante, panneaux bariolés façon puzzle, merde visuelle authentique.
Alors je prends le large je dégage ! Sortir d’ici au plus vite et retourner dans ma Bretagne natale, larguer Germaine, les crédits, les gosses… Acheter un mobile home, oui, c’est ça, ça devient urgent, j’ai pas ressenti ça depuis des années, un souffle puissant, une montée d’adrénaline incroyable, je fais demi-tour, droite, les yeux fixés vers le large, en sortant je bouscule celui qui me reluquais depuis 5 minutes, Je sors du bureau telle une furie claquements de portes, talon haut sur le pavé, je passe les caisses, je sors du centre commercial et là je tombe nez à nez avec…


… Germaine. Et les gosses.
Bon sang, elle m’avait suivi. “Pour savoir si ça s’était bien passé”.
Et qu’est-ce que je lui réponds moi maintenant en plein milieu d’un supermarché, alors que je gêne le passage?
J’en peux plus, il faut que je lui dise tout, ça na peut plus durer comme ça.
“Ecoute Germaine…”


… ” tu aimes les crêpes au sarrazin ?” Elle me regarde avec ses yeux de veau dénués de toute expression vitale. Un vrai vide sidéral.
” C’est une plaisanterie je suppose?”
Et là tout devint subitement clair pour moi… une évidence que je me cachais depuis des années.
” NOOOOOOON je ne plaisante pas, et j’ai décidé de te quitter. Je n’en peux plus de tes gaines playtex, de ton regard plat et moche, de tes exigences de….


…il faut que j’aille chez Monoprix acheter une bombe de brise marine, là, tout de suite, maintenant… ne m’en empêche pas je t’en supplie, sinon je risque…


…de faire une poussée aiguë d’urticaire!
“Ecoute, vraiment ce n’est plus possible, tu me mets trop de pression, t’es moche, t’es molle, t’es conne. Et tes gosses là, à eux deux réunis leur QI ne dépasse pas celui d’une dinde. Nan Germaine, oublie-moi, c’est la meilleure chose que nous ayons à faire”.
A ces mots, Germaine, telle le mérou d’une bouche trop béante, resta scotchée sur le carrelage. Les gosses se mirent à pleurer et le temps paraissait comme arrêté net.
Une hôtesse entonna pour la 1248ème fois l’annonce du jour: “Mesdames et messieurs …


“Mesdames et messieurs nous vous rappelons qu’il est interdit de fumer dans le centre commercial”…
Et là…. vlan, j’reviens sur terre… putain… merde… je psychote à fond moi… j’aurais jamais du prendre tous ces cachetons ce matin… j’ai le cerveau qui déraille, pourquoi je m’imagine en nana plaquant tout pour aller en Bretagne ???
“Monsieur Delfeuille, houhou, est-ce que vous allez bien ?”
Aller Alex reprend tes esprit, répond ! On te parle…


…mais bon sang… peut-être que j’ai une crotte de nez collé sous la narine là… ou un cil sur la joue… je commence à transpirer, c’est pas bon, pas bon du tout du tout là, j’ai le sang qui part dans mes jambes d’un coup, parce qu’elles veulent se mettre à courir mes jambes, c’est normal… J’le savais, j’aurais pas dû partir sans mon caleçon fétiche avec tigrou dessus !!! Est-ce qu’il voit la goutte qui commence à perler là ???? Ohhhh pour l’amour de Germaine, heu non de maman, faites que les auréoles sous mes bras ne…


« Et Nicolas ! Réveille-toi… Ouh ouh… Nicolas ? Réveille-toi, tu dois faire un cauchemar… »
Mais qu’est-ce qu’il se passe ? Qui me secoue comme ça ? Quoi, hein ? Cécilia ?
Oh putain, la vache, j’étais en train de cauchemarder ! Ca me rend vraiment dingue ses élections. Vivement le mois de mai.

Facebook Comments
Please follow and like us:

You Might Also Like

6 Comments

  • Reply Laurence 25 mars 2007 at 11 h 59 min

    Aaaaaaah, en effet, ça n’a pas dû être facile de trouver une fin… Mais tu t’en sors toujours !!! J’adoooore !
    Bizzzzzzz du dimanche ! 😉

  • Reply katy 25 mars 2007 at 20 h 29 min

    …wouuu, “Cécilia”, je me marre..
    Je me demande à quoi tu rêves, toi, la nuit, Lady pour nous trouver une chute pareil !?
    Et oui y’en a qui vont un peu trop sur les blogs de l’ouest !… mais bon c’est tellement bon d’être complètement à l’Ouest !! bibicomplétementcingléscintrésparano

  • Reply e-cedric 25 mars 2007 at 23 h 35 min

    En fait, j’trouve que c’est THE fin que tu as trouvée !
    C’est excellent.
    Marrant, c’est par l’AAS n°2 que je m’étais manifesté sur ton blog pour la première fois, un peu hésitant, pas hyperloufoque (j’me soigne, mais y a du boulot encore).
    Bibis loufoques à moitié

  • Reply Manou 26 mars 2007 at 9 h 09 min

    Mouah ah ah ah… Trop bonne la fin… surtout que l’histoire partait en eau de boudin !

  • Reply Phileas 26 mars 2007 at 10 h 58 min

    j’adore la fin !!
    mais on ne se débrouille pas trop mal je trouve… à force on va pouvoir éditer un recueil de nouvelles collectives.. (je ne te raconte pas le partage des droits d’auteur, le cauchemard !!!)

  • Reply Aude 26 mars 2007 at 11 h 13 min

    Extra tu as bien clôturé le bazard :))

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.