[REPLAY] LES SALLES D’ATTENTE

31 mars 2016

C’est moche les salles d’attente.

Pas une pour rattraper l’autre. Dentistes, pédiatres, médecins, gynécos… À se demander s’il n’y a pas complot. Histoire de bien nous faire flipper ou déprimer avant notre rendez-vous.

On est là sur notre chaise noire en plastique qui nous fait mal aux fesses à regarder autour de nous. Parce qu’il n’y a que ça à faire : attendre en regardant autour. Les magazines datent de la Saint-Glinglin, ils sont froissés, déchirés, les recettes des vieux Elles sont arrachées, les grilles de sodokus ou de mots fléchés griffonnées, les pages de Une manquantes… Génial.

Et puis dans les salles d’attente, on ne capte rien. Comme si les ondes savaient qu’ici elles n’allaient pas être bonnes. Pas de surf possible. Du coup, on observe. Les chaises alignées contre les murs, en rang d’oignons, comme dans les boums, sauf que là, on ne va pas nous inviter à aller danser. On choisit sa place, à l’opposé d’un patient tout gris déjà installé. Ça peut durer des heures. Alors on lit tout, tout ce qu’il y a sous nos yeux. Les slogans s’enchaînent : « A votre santé ! », « La maladie isole, la parole rassemble », « Votre médecin, la route et vous », « J’aime mon utérus », « M’tes dents »… Chouette.

C’est vrai, c’est déprimant une salle d’attente. Il y a toujours une pauvre plante verte dans un coin qui doit être là juste pour nous rappeler que dans cette pièce il existe un minimum de vie et de couleur. On se demande comment elle tient, elle. On pense presque à la plaindre. Et si la plante verte est morte, c’est qu’il vaut mieux changer de médecin.

Question isolation phonique, c’est souvent la misère. On entend les « faites ahhh » ou les « ne t’inquiète pas, dans deux minutes ça sera fini », ou encore « Gggrra ! Acention, wou me faiques mal !! ». Écouter la douleur des autres en imaginant la sienne… Ça doit être pour ça que les médecins se croient obligés de nous mettre une musique d’ambiance. Souvent du classique… des Editions Atlas. La douleur sur des airs de Wagner…

Et le pire, c’est quand la salle d’attente est pleine. Y’a toujours un gamin la morve au nez braillant dans les bras de sa mère qui lui dit « chuut » toutes les 2 minutes ; une ado qui vient soit pour son acné, soit pour sa première pilule, soit pour les deux ; et pire encore, un malade rempli de miasmes qui tousse à s’en décrocher les poumons dans son mouchoir en tissu à carreaux déjà plein.

C’est dans les salles d’attente qu’on tombe malade en fait. On vient pour un rhume, on ressort avec une gastro en bonus. Du coup, quelques jours plus tard, on se retrouve à la même place, dans la même salle, entouré des mêmes gens indisposés. Et ce coup-ci, on ressortira avec une grippe.

‪#‎LHumeurDeLadyblogue‬ ‪#‎OuestFrance‬

 

Commentaires

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply