LOUIS CHEDID, MÉLODIES INTERIEURES

7 avril 2014

“Ecrire, la grande affaire. Les journalistes me demandent souvent d’où jaillissent les sources d’inspiration. Comment viennent les mots ? On aimerait mettre le processus créatif en boîte, percer le secret de l’écriture. Désolé, je n’ai pas de recettes. Ni code ni rituels, pas de plume spéciale ou de bureau fermé à double tour. Mon seul “truc” consiste à me mettre en état de réception. Etre capable de saisir au vol n’importe quelle sensation, émotion ou image, pour pouvoir les coucher sur le papier ou les enregistrer sur mon iPhone à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. […]

Le métier d’artiste, c’est tout l’un puis tout l’autre : jouer les funambules entres les périodes  de tournée et les phases de création. plus que deux tranches de vie, deux mondes. Sur la route, l’artiste doit être disponible, ouvert aux autres, dans un tourbillon de rencontres, alors qu’en phase de création, il doit s’isoler, se recentrer, vivre reclus. Passer de l’un à l’autre peut paraître schizophrénique. ce décalage entre le personnage public et l’homme descendu de scène, rencontré “dans la vraie vie” comme disent certains, étonne toujours.  Je n’ai pas d’avatar, ni ne suis sujet au dédoublement de la personnalité, mais d’une certaine manière, je mène une double vie.

Pour moi, écrire, c’est me laisser aller. Ne pas réfléchir à ce que j’ai fait avant, à ce que je ferai ensuite, à ce que font les autres. “

 

Louis Chédid
“Mélodies intérieures”
Editions Presses de la Renaissance


Commentaires

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.