MA (JOLIE) RENCONTRE AVEC NIKOS ALIAGAS

9 décembre 2013

Virée parisienne.

Je lui avais dit que je venais. Nous avions prévu de nous voir depuis quelques temps. Nous nous sommes donc vus.

Une fin d’après-midi, dans son bureau, à Europe 1. Dans ce même bureau où il s’était pris en photo pour moi.

Passée les portiques translucides, montée quelques marches et j’y étais.

Son bureau était ouvert.

Un bonjour, des sourires, un comment ça va, ça va bien, contente de te voir, moi aussi, ça me fait plaisir.

Nikos est devant moi. Chaleureux. Le visage amaigri. Je me dis que la télé doit grossir un peu et que ce mec a un rythme de dingue.

delphine-jory-ladyblogue-nikos-aliagas (6)Il prépare son interview de Bernard Pivot pour les Incontournables. Il est devant son ordi. Son bureau est une véritable mine d’or. Des piles et des piles de bouquins, de magazines. Je me dis que j’aimerais rester là, à les soulever, à les découvrir un à un.

Au milieu de dizaines de photos people sur les murs, j’aperçois une photo d’un joli bébé, sa fille, je suppose. Oui, c’est bien elle. Il a alors les yeux qui s’enflamment, attrape son portable et se met à me montrer les photos de sa fille prises ces derniers jours. Cela me touche.

Je me dis que c’est un cadeau, une marque de confiance. Ce n’est pas rien de montrer des photos de ses enfants. En plus de huit ans de blog, je n’ai jamais posté des photos de mes filles, ni ici, ni sur les autres réseaux. Des photos de mains, de pieds, de nuque, mais jamais, jamais de leur visage. C’est impensable pour moi. Et je ne les « montre » pas facilement, même en IRL. Alors, Nikos, quand tu me montres les photos de ta fille, à ce moment-là, oui, je suis touchée, émue même.

J’enlève mon manteau, je m’assois sur le fauteuil face à lui.

Je sors mon téléphone, demande si je peux prendre quelques photos. Oui, bien sûr, mais pas de la photo de ma fille. Evidemment. Logique. Tellement logique.

Nous parlons, il revoit son interview, nous parlons,  il relit sa feuille, nous parlons et je chope ces instants à coup de Samsung.

« Tu veux jouer à ça, hein ?« , me lance-t-il d’un coup d’un air malin.
Il attrape son appareil photo, toujours avec lui, et me demande de venir près de la fenêtre. « Bon, il n’y a pas d’éclairage hein, mais… on va essayer… ».
delphine-jory-ladyblogue-nikos-aliagas (8)

Je suis étonnée, prise au dépourvu. Même si il m’avait dit dans une interview (lire ici) que oui, il me shooterait quand on se verrait en IRL, je ne savais pas bien si c’était des mots en l’air, des mots « comme ça », des mots « pour faire plaisir » ou autre chose.

Mais voilà que je suis devant cette grande fenêtre blanche, mon visage à quelques centimètres de l’objectif à être shooter par Nikos. Quelques clics plus tard, c’est fini, dans la boîte. Et là, forcément, je fais ma fille. Je me demande quelle tête je vais avoir avec ces cheveux scooterisés, avec ce visage brut, avec ces cernes qui marquent mon manque de sommeil.

Je me suis surprise alors à le toucher dans le dos, à frotter légèrement son pull, comme pour le remercier de cet instant, parce que je suis comme ça, une tactile. Une fille qui a besoin de toucher, de sentir, de ressentir l’autre.

Le fait que Bernard Pivot ait du retard pour son interview me laisse encore plus de temps. Tant mieux. Merci Bernard Pivot.

Nous parlons (OFF), nous parlons(OFF), nous parlons musique… Nikos est un bavard, un grand bavard, et c’est tant mieux.

J’aime écouter. Je crois que c’est ce que j’aime le plus quand je suis dans ces rencontres-là. Ecouter les voix, les sourires, les silences, les mots choisis. Ecouter les gestes, les mouvements des épaules, des doigts, des jambes. Ecouter les lèvres, les cheveux qui reprennent leur place, écouter les respirations. Ecouter les regards. Les regards…
C’est vraiment ce que je préfère.
Ecouter et regarder. Mes yeux en décodeur.
Ecouter et regarder et sentir. Mes sens en décryptage.

La rencontre a duré plus longtemps que je ne l’aurais imaginé. Nous nous embrassons chaleureusement, je m’apprête à partir. Et je reviens pour une seconde embrassade. Je suis comme ça, je vous dis, j’ai  besoin de « révéler » mon affection. C’est important pour moi. Surtout dans ces moments-là, où l’instinct prend la place de la réflexion.

Je repars avec l’image d’un homme très humain, rempli d’humour, à l’écoute, hyper speed. Je repars avec l’image d’un homme pas aussi lisse que les médias tentent de nous faire croire, un homme avec des aspérités et des contrastes. Et j’adore. Les personnes lisses ne m’intéressent pas.
Je repars avec l’image d’un homme d’une sensibilité extrême. Comme des ondes qui rayonnent tout autour.

Je repars avec l’image que j’avais au fond de moi. Cette rencontre n’a été que la confirmation de ce que je ressentais. En plus lumineux.

Le soir même, je recevais le cliché dans ma boîte mail.

Nikos, merci.
Et à très vite.

… et un baiser de remerciement à Claire Dutronc.

Nikos Aliagas et Delphine Jory aka Ladyblogue-a (3)

By Nikos Aliagas.

By Nikos Aliagas.

Commentaires

You Might Also Like

10 Comments

  • Reply Sandra 9 décembre 2013 at 12 h 48 min

    joliment écrit, on sent que tu as été émue de rencontrer ce monsieur polyvalent ; j’en suis jalouse tiens !! bravo

    • Reply Ladyblogue 9 décembre 2013 at 22 h 10 min

      Merci beaucoup. Oui, émue.

  • Reply Lulu 9 décembre 2013 at 13 h 17 min

    Le titre de ce billet aurait aussi pu être Nikos rencontre Lady.
    Belle photo de vous deux
    mais surtout très belle photo de toi, et pour ça, je dis merci M. Nikos.

    • Reply Ladyblogue 9 décembre 2013 at 22 h 11 min

      Oui, j’aime beaucoup la photo où nous sommes tous les deux.

  • Reply Marie 9 décembre 2013 at 17 h 39 min

    Très belle photo…

  • Reply Maylis 9 décembre 2013 at 19 h 08 min

    Whaou, je suis vachement touchée par ton texte, un bonheur de te lire, ça donne envie de te connaitre !

    • Reply Ladyblogue 9 décembre 2013 at 22 h 12 min

      Et moi, très touchée par ton commentaire ! 😉

  • Reply Catherine Rouzès 9 décembre 2013 at 19 h 14 min

    Je trouve vos articles emplis de charme et d’intelligence . Vous me faites penser à un beau mélange de Anna Gavalda et Philippe Djian. Pensez-vous un jour écrire un livre ( ou peut-être l’avez vous déjà fait ?) ?
    Je vous suis depuis quelques mois : vous ne sombrez jamais dans les clichés ( Votre dernier article en est la preuve ) et votre humanité fait beaucoup de bien ! merci et Bon vent !
    Catherine

    • Reply Ladyblogue 9 décembre 2013 at 22 h 13 min

      Bonsoir Catherine, votre commentaire m’a beaucoup émue. Je vous remercie de prendre le temps de me lire et d’avoir pris le temps de m’écrire ce petit mot. Je vous embrasse. Belle soirée à vous, Delphine

    Leave a Reply